0 Partages

Bandido.

Bandido en Gard Provençal

bandido à l’ancienne

Histoire
A l’époque les taureaux faisaient deux trajets le Dimanche pour participer aux courses. Un pour aller aux arènes et un pour le retour vers les prés. La bandido est la définition contraire de l’abrivado. Ce terme désignait donc le retour des bêtes des arènes vers les pâturages, après les courses camarguaises. Comme le transport en char (bétaillère) n’était pas courant, le toril s’ouvrait et les taureaux sortaient pour rejoindre leurs prés. Seuls deux ou trois gardians accompagnaient les bêtes par sécurité. En outre les cavaliers faisaient le parcours au galop pour éviter que les jeunes du village n’arrêtent un ou plusieurs taureaux par jeu.

De nos jours.
La pratique de la bandido se fait surtout, tout comme l’abrivado, lors des fêtes de villages. La rue, sécurisée par des barrières, est fermée de bout en bout par des chars. Les taureaux sortent un par un accompagnés seulement par deux ou trois cavaliers. Les jeunes attrapaïres essaient d’arrêter le taureau lancé à pleine vitesse avant que celui-ci n’arrive devant les portes ouvertes du char et ne rentre dedans. Dans certains cas, les gardians font ressortir les taureaux, mais cette fois-ci deux par deux et en sens inverse de leur premier passage.

A l’ancienne.
Il arrive même, de temps en temps, que certaines manades fassent sortir tous les taureaux d’un coup et seulement accompagnés d’un ou deux gardians comme cela se faisait au début du siècle dernier. Sur le parcours, sécurisé pour le public, les attrapaïres font preuve d’imaginations débordante pour arrêter au moins un bioù. Chose pratiquement impossible, tant la vitesse des bêtes et des cavaliers est importante et donc risqué pour les jeunes.

Prononciation,
La bandido étant du genre féminin, et, comme tous les mots en Provençal, ne s’accorde pas au pluriel. Seuls les articles déterminent par conséquent le nombre. En Provençal on dit la bandido au singulier et li bandido au pluriel. On prononce plutôt bandide car l’accent tonique est sur le « di » et mange le « o ». Bandido.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.